Acupuncture

Qu’est ce que l’acupuncture ?

L’acupuncture, avec ou sans aiguille est une technique utilisée depuis 6000 ans en Chine.
L’acupuncture, l’un des piliers de la médecine traditionnelle chinoise, fait preuve d’efficacité notamment dans le cadre de la gestion de la douleur et des dysfonctionnements ou troubles physiques, psychiques et émotionnels (domaine de la thérapie énergétique).

Elle est reconnue par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) comme « thérapeutique efficace et digne d’intérêt »

L’acupuncture, comment ça marche ?

L’acupuncture, c’est l’activation de certains points par puncture (les aiguilles utilisées sont stériles et à usage unique) ou par pression circulaire des doigts (à la place des aiguilles) pendant quelques secondes à plusieurs minutes pour stimuler ou harmoniser le flux d’énergie qui parcourt le corps le long des méridiens (12 paires de méridiens répartis symétriquement dans la partie gauche et droite du corps).

La séance intègre un bilan énergétique à partir des pouls radiaux d’acupuncture appelés aussi pouls chinois, de la langue, de la main…

L’acupuncture, pour quoi faire et pour quels résultats ?

Grâce à l’acupuncture, vous équilibrez votre niveau d’énergie : le trop-plein est évacué et les carences sont compensées.

L’acupuncture s’applique en tant que méthode préventive ou curative.

  • Traitement préventif

Il s’agit de rééquilibrer des faiblesses d’énergies éventuelles dans les méridiens, viscères ou organes afin d’éviter la maladie. En effet, selon la théorie, si un déséquilibre perdure, le corps succombe à la maladie : du simple rhume à la maladie plus grave.

  • Traitement curatif

L’acupuncture est utilisée en traitement curatif pour les pathologies, douleurs, maux…

Cette thérapeutique est prouvée par de nombreuses recherches médicales et cliniques, mettant en évidence l’activation des défenses naturelles de l’organisme : réactions neurophysiologiques et neurochimiques mesurées comme la production d’endorphines dans le cerveau et autres antalgiques naturels (ex : adénosine…)

Les points d’acupuncture sont classés de la manière suivante :

  • Harmonisation : programme de prévention
  • Activation : libèrent l’énergie face aux insuffisances
  • Sédation : dispersent les énergies pour apaiser
  • Spéciaux : remédient aux troubles du système énergétique.

L’acupuncture est utile parce qu’elle dénoue les blocages physiques et mentaux, elle rétablit l’équilibre énergétique et émotionnel (par puncture ou par massage des centres Yin et Yang) de l’organisme.

En résumé, l’acupuncture (avec ou sans aiguille) est une technique de puncture ou de massage qui se concentre sur la stimulation des points d’énergie clés de l’organisme pour activer ses défenses naturelles ou immunitaires.
Favorisant la régulation et l’harmonisation de l’énergie vitale, le Qi, elle participe efficacement à la préservation de la santé, du bien-être physique et mental, ainsi qu’à la prévention et au soulagement des douleurs.

Dans quels cas consulter ? Quelques exemples…

  • Troubles abdominaux, maux de ventre
  • Troubles gastro-intestinaux fonctionnels (nausées et vomissements, spasmes œsophagiens, hyperacidité, côlon irritable, ulcère de l’estomac)
  • Constipation, diarrhée
  • Lombalgies
  • Contrôle des douleurs aiguës et chroniques
  • Rhinites, sinusites
  • Allergies
  • Maladies de peau dermatoses, eczéma, psoriasis…
  • Stress, anxiété, dépression
  • Arthrite / arthrose
  • Douleurs rhumatismales et articulaires
  • Inflammations, bursite, tendinite
  • Sevrage tabagique, désintoxication (drogues)
  • Dysménorrhée, douleurs pelviennes
  • Céphalées, migraines, névralgies, acouphènes
  • Palpitations
  • Maîtrise de la douleur, de l’œdème, renforcement de processus de guérison en cas de fractures
  • Spasmes musculaires, tremblements, les tics
  • Hoquet persistant
  • Douleurs de membres fantômes
  • Iléus post-traumatique et post-opératoire
  • Syndrome prémenstruel
  • Entorses et contusions
  • Incontinence urinaire, rétention
  • Déséquilibres énergétiques

Les séances ne sont pas des actes médicaux (aucun diagnostic) et ne se substituent en aucun cas à un traitement ou à un suivi médical conformément à la loi du 30 avril 1946, au décret N° 60665 du 4 juillet 1960, aux articles L489 du décret du 8 octobre 1996.